Pour lutter contre le syndrome de Buridan…

Juste un petit billet (écrit quasiment sous la contrainte) en passant pour vous raconter une petite astuce que j’utilise. En en parlant avec les copains/copines, on m’a bien fait comprendre que c’était pas cool de la garder pour moi. Ne vous attendez pas à un truc révolutionnaire, hein, c’est juste que moi ça me simplifie la vie dans ces moments où j’ai 412 choses à faire et que je ressens une grande empathie avec l’âne de Buridan. Lui, il finit par mourir de faim et de soif ; moi je finis juste mes journées en culpabilisant parce que je n’ai pas fait le milliardième de ce que j’avais à faire.

Quel intérêt ?

Je sais qu’il existe plein d’applications pour gérer des « to-do list », mais il y a des choses qui sont meilleures sans numérique (les cartes mentales par exemple…).

L’idée est de :

1/ tout faire
2/ faire quand même des trucs sympas dans la journée
3/ se motiver pour tout faire
4/ ne pas perdre trop de temps sur une chose en particulier

Démarche

Matériel :

  • Des fiches (en papier, en carton, mais pas de post-it)
    J’utilise des fiches cartonnées qui partent ordinairement à la poubelle, et que je récupère ( j’en ai… plein !). En plus c’est du recyclage.
  • Un stylo
  • Un timer

Étape 1 : faire la liste de toutes les tâches que vous devez faire par exemple dans une journée.
N’oublier pas d’y ajouter quelques choses que vous avez envie de faire ou qui vous font plaisir. Copier chacune d’elle sur une fiche séparée. Vérifiez que vous n’avez pas les yeux plus gros que le ventre. Si vous lister 25 choses à faire, sauf si ce sont des micro-tâches, ça fait 12h de travail. C’est sans doute trop. Priorisez mais n’en profitez pas pour supprimer pas les trucs sympas.blog1

Étape 2 : se fixer un temps d’exécution moyen.
Certaine méthodes de coaching proposent de travailler par périodes de 25 minutes. Il paraît qu’au-delà on est moins efficace. Je suis pas spécialiste, mais je pense qu’une durée autour de la demie-heure c’est pas mal.

Étape 3 : régler voter timer sur la durée choisie.

Étape 4 : au boulot !

  • Mélangez vos fiches, face cachée.
  • Posez la pile devant vous.
  • Tirez la première fiche et commencez.
  • Quand le timer vous dira que le temps imparti est passé, faites une pause.

A ce moment, il y a deux possibilités : ou vous avez fini ou pas.

  • Si vous avez fini, vous jetez la fiche à la poubelle. N’hésitez pas à scénariser un peu ce grand moment (cris de joie, danse rituelle, déchiquetage impitoyable, etc.) selon votre humeur. Vous verrez, c’est un grand moment de soulagement !
  • Si vous n’avez pas fini (même si vous avez presque fini), vous remettez la fiche dans la pile et vous mélangez (sans tricher !)

Vous pouvez faire une mini pause de 5 minutes, boire un coup (rappelons que l’abus d’alcool est dangereux pour la santé), marcher un peu…avant de reprendre les choses à l’étape 4.

Intérêt de la méthode

Je ne sais pas si cette méthode vous conviendra, mais moi je l’aime bien parce qu’elle me permet de me battre contre certains de mes travers :

  • parce que je suis un peu hyperactive, cela m’oblige à me fixer des limites et à me contraindre à ne faire que ce que je suis humainement capable de faire (j’avoue humblement ne pas être dotée de supers-pouvoirs, à mon grand regret) ;
  • parce que je suis un peu jusqu’auboutiste et perfectionniste, cela m’oblige à aménager des temps de pause dans la réalisation de tâches un peu longues. Cela me donne d’ailleurs la possibilité de « laisser mûrir » en me donnant un temps de réflexion et j’ai l’impression d’être plus efficace ;
  • parce que je m’occupe assez mal de mon bien-être, cela me force à ne pas reléguer les choses que j’aime faire en fin de journée quand je suis trop fatiguée et que je n’ai même plus envie de les faire si j’en trouve encore le temps ;
  • parce que je suis une joueuse dans l’âme, cela m’aide à rendre les choses pénibles un peu rigolotes en me faisant à moi même la surprise de ce que je vais faire dans la prochaine demie-heure.
  • parce que j’aime mon métier et qu’il est multiforme, cela me permet de réellement avancer dans mon travail.

Pour l’instant, à chaque fois que j’ai utilisé cette méthode, elle a bien fonctionné et il est rare que je ne finisse pas tout ce que j’ai listé au départ (en particulier parce que dès le départ, la création des fiches me rend plus raisonnable sur la quantité).

Peut être que cette méthode existe déjà et que je viens de découvrir l’eau tiède et le fil à couper le beurre en même temps.
Si c’est le cas, tant pis.
Et si ça peut vous être utile, tant mieux.
Et une fiche de moins dans ma pile de la journée, youpi !

Publicités

3 Commentaires

Classé dans Bavardage

3 réponses à “Pour lutter contre le syndrome de Buridan…

  1. Corine Nine

    Extra !

  2. bebisa

    Intéressant ! Merci !

  3. Excellent ! Merci pour le partage Mila et pleins de bises 😘

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s