Tricoter ses cours ?

Je connais des filles formidables… Je n’arrive pas à trouver un moment pour rédiger enfin quelques uns des brouillons de billets en attente et celle là (de fille formidable) en 10 mn chrono elle est capable d’écrire ce qui suit et de me faire l’honneur de bien vouloir le publier sur mon mur. C’est donc avec le plus grand plaisir que je vous laisse avec Géraldine Duboz. Régalez vous !

———–

J’ai des copines tricoteuses sur twitter qui parlent des modèles qu’elle font pour elles, pour leur familles. Elle partagent les sites de modèles, de fils. Mais elles parlent aussi pédagogie. Notamment de comment un prof d’histoire fait ses cours. Parce qu’elles ont des enfants au collège et donc, on discute des pratiques de certains collègues, pratiques bien éloignées des nôtres.

C’est alors que ça m’est venu : nous, on tricote nos cours (sauf Mila qui les fait au crochet, un coup du capitaine). On prend plein de pelotes différentes et, avec des aiguilles pédagogiques, on essaie de faire tenir ça tout ensemble.

Le modèle est fourni par le ministère : c’est le programme. C’est un modèle parfois pas très sexy, il faut donc lui donner de jolies couleurs, des pompons (comme dans les chaussons de Pocahontas)… Pour cela, on cherche des pelotes sympas. On les trouve un peu dans les manuels : des documents intéressants, une étude de cas qui nous plaît. Une pelote que j’utilise énormément : mes réseaux internet. Les échanges avec les collègues sur twitter, facebook, les propositions de collègues sur les blogs, sites académiques… Il y a aussi la pelote des ressources découvertes au hasard des surfs, des séances de cinéma, du visionnage d’une émission de télé : « Mais pourquoi ne pas utiliser cet extrait de film ? ». Et ne pas oublier la pelote des activités diverses : ça donne une sorte de motif jaquard, ou torsades, au choix.

Avec toutes ces pelotes, les aiguilles s’activent beaucoup pour tricoter quelque chose dont la taille puisse s’adapter à tous les élèves de la classe : du XS au XXL. Parfois le pull est réussi, il va bien aux élèves : ils ont bien compris le concept et tricotent le leur lors de l’évaluation. D’autre fois, c’est plutôt raté. Pour certains élèves, les manches sont trop courtes, ou il y a un trou. Alors on essaie d’arranger le pull pour qu’il aille un peu mieux, mais l’année d’après on détricote et on recommence.

Le plus dur, mais aussi le plus enthousiasmant, ce sont les changements de programmes : tous ces nouveaux modèles à découvrir puis à réaliser !!! Mais c’est ce qui est passionnant dans ce métier. Alors je trouve ça triste les cours où l’on n’a utilisé qu’une ou deux pelotes : le modèle est sérieux, mais souvent ennuyeux et ne va pas toujours à tous les élèves. Le bleu ne va pas à certains, on cherche alors une autre couleur, parfois c’est un patchwork…

Bon, avec tout ça va falloir que je me remette au vrai tricot. Pas facile. Ce qui me fait penser que les nouveaux collègues, s’ils n’apprennent pas à tricoter leurs cours, ça va être dur pour eux, comme pour leurs élèves. Mais apparemment, au ministère, ils estiment qu’il n’est pas nécessaire d’apprendre à tricoter pour savoir faire un pull.

Si ma grand-mère entendait ça….

Géraldine Duboz

Advertisements

4 Commentaires

Classé dans Bavardage, Invité

4 réponses à “Tricoter ses cours ?

  1. Oh je n’ai jamais répondu ou laissé de messages sur votre Blog, mais là ….. je reste sans mots 🙂 c’est tellement ça !!! On tricote et malheureusement on ne nous apprend pas à tricoter … je suis vacataire ( je tente le concours externe puis interne depuis toujours ..) et je continue de tricoter chaque année, des pulls plus ou moins réussis, plus ou moins jolis.. mais ce qui est sur c’est que j’y mets toute mon énergie et mon coeur !!!!

    merci pour ce blog et cet article

    Stéphanie

    • Merci Stéphanie.
      C’est la première fois que j’écris un billet de blog (et Mila a proposé gentiment de m’héberger). Je suis heureuse qu’il soit lu et entre en résonance avec les gens…

  2. Yanick M

    Mila et Géraldine savent tout le bien que je pense de leurs tricots et surtout du modèle « socle » au crochet. A l’orée d’une semaine qui va voir, les dhg tomber en même temps que le bonne humeur des collègues, des querelles entre matières resurgir, je les embrasse toutes les 2 et je leur dis : je vous aime beaucoup les filles! je viendrais boire un verre à l inauguration de votre boutique Phildar! Promis!
    Yanick

  3. J’ai jamais réussi à apprendre le tricot (toujours eu l’impression qu’il fallait trois mains). J’essaie pourtant de tricoter mes cours de FLE en me disant que pour faire des belles choses, il va falloir de l’expérience…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s