Et si je ne mets plus de notes ?

A la suite de mon précédent billet, vous avez voulu creuser un peu les choses et vous êtes tombé(e), je l’espère, sur l’excellent site Pédagopsy et en particulier sur cette excellente page consacrée à la docimologie.
Ca y est, à peine commencé, voila déjà les gros mots.

La docimologie, c’est la science de la notation aux examens (ou à n’importe quoi qui ressemble à une évaluation sommative*). Je ne vais pas répéter (en moins clair) ce qui est dit dans cet article, juste reprendre les conclusions à propos des différentes sources d’erreurs de notation  :
La première source d’erreur est le correcteur. Et pas seulement parce qu’il y a des divergences entre différents correcteurs, puisqu’un évaluateur peut n’être pas d’accord avec lui-même et qu’il est influencé par des facteurs qu’il ne soupçonne même pas…
La deuxième source d’erreur est le sujet : le choix du sujet bien sûr mais également la présence ou pas d’un barème… qui ne simplifie pas forcément les choses.
Enfin, la troisième source d’erreur est l’évalué, et les conditions dans lesquelles il se trouve, physiquement et psychologiquement au moment T de l’évaluation.

(Arrivé à ce moment de mon billet, je sens que je perds mes lecteurs/lectrices qui sont tous/toutes allé(e)s lire en détail tout ça. Bon, ok… On se retrouve après ?)

Je ne sais pas si j’ai commencé à vous convaincre, mais je vais partir du postulat que j’ai pu créer un certain doute dans votre esprit : la note, c’est zéro.

Maintenant qu’on a dit ça, c’est ce qu’on fait ?

Et si on arrêtait de mettre des notes ?

Dans mon petit sondage (pour l’instant…), la raison qui arrive en tête pour justifier que l’on note les élèves est administrative.

Noter les élèves, est une obligation ?
Non. Je tiens à vous rappeler que les enseignants ont le devoir d’ÉVALUER leurs élèves. Il n’est écrit nulle part qu’ils doivent NOTER leurs élèves. Je vous jure, cherchez bien.

Noter les élèves est nécessaire pour remplir les bulletins électroniques ?
Non plus. Les différents logiciels de notation acceptent très bien l’absence de note, je l’ai fait. Vous pouvez ne mettre qu’une appréciation.

La deuxième raison est d’ordre contextuelle.

Noter pour faire comme les collègues ?
Vous ne faites pas les mêmes cours que vos collègues ? (Surtout pas comme ceux de la vieille pie de la salle 212, qui fait les même cours depuis 25 ans…) Pourquoi évalueriez vous de la même façon ? Pour que vos élèves puissent se comparer à ceux des autres classes ? Pour quoi faire ? Et au pire, vous pouvez organiser un épreuve commune et vérifier en douce que vous auriez obtenu le même genre de résultats, si vous voulez vous rassurer…
Usez et abusez de votre liberté pédagogique !
Oui, vous allez avoir l’air d’un(e) extraterrestre. Et alors ?

Noter pour faire plaisir à votre chef d’établissement ?
Je vous rappelle qu’il n’a aucun droit de regard sur votre pédagogie. Au pire, vous risquez une inspection…. pendant laquelle vous pourrez vous appuyer sur le rapport des l’IG précédemment cité si besoin est (mais ça m’étonnerait) pour justifier de votre choix.
Si vous voulez avoir la paix, aller chercher votre miel dans le projet d’établissement et les documents de contractualisation. Vous y trouverez forcément un paragraphe qui parlera de l’épanouissement des élèves et/ou de la volonté de conduire tous les élèves à l’excellence et à une orientation choisie. Connaître les compétences exactes d’un élève offre sans nul doute un outil d’orientation beaucoup plus efficace qu’un simple note.

Pour ne pas avoir à vous battre avec les parents ?

Je vous jure que si vous vous y prenez bien, ils seront votre meilleur soutien.
L’évaluation sans note, ils connaissent puisque c’est comme cela qu’on a évalué leurs enfants à l’école élémentaire.
Et si en plus vous leur dites que c’est pour individualiser votre enseignement, remédier précisément aux difficultés de leur enfant, ils vont adorer.
Informez les régulièrement, faites-en des partenaires.

Mettez vous à leur place.
Jennifer rentre du collège avec un 7/20 en maths. Ils regardent le contrôle, voient où sont les erreurs… et disent à leur fille : « Va ré-apprendre ta leçon ! » (Je sais, ça c’est dans le meilleur des cas. Il peut arriver aussi qu’après avoir pris une mandale, la pauvre Jennifer doive aller faire les courses du mois à Carrouf’, parce que la vraie vie elle ne se résume pas au théorème de Pythagore…)
Alors que si Jennifer, elle rentre de cours avec une feuille sur laquelle il est expliqué qu’elle n’a pas réussi à faire un exercice parce qu’elle n’a pas compris ce que c’était un angle droit (et que la prochaine fois elle sera interrogée là dessus… ), ses parents (ou qui que ce soit qui lui apporte de l’aide dans son travail scolaire) vont pouvoir lui dire : « Tiens regarde, le coin du terrain de foot c’est un angle droit », ou bien « Il est comment l’angle de la boite de poissons panés ? ».
Et il y a de grandes chances pour que lors du prochain cours de maths, elle se rappelle de France-Norvège et de l’angle droit du corner. (J’ai pris l’exemple du foot, mais ça marche aussi avec un bassin de natation, le coin d’une feuille à dessin ou un emballage de pizza….)

À suivre….

——————————————————————————————–

*Pour les Keskelledit qui ne seraient pas familiers avec le vocabulaire pédagogique, une évaluation sommative est une évaluation qui arrive en fin d’apprentissage et qui est sensée faire le bilan des acquis. Il existe également des évaluations diagnostiques, faites avant l’apprentissage pour savoir où en est l’élève de ses acquis, et l’évaluation formative qui est en elle-même une forme d’apprentissage.

Publicités

2 Commentaires

Classé dans évaluation, pédagogie

2 réponses à “Et si je ne mets plus de notes ?

  1. katy

    bonjour,
    je viens de découvrir ton site via twitter et il répond à mon interrogation du moment. j’ai laissé tomber les notes pour une classe l’année dernière, j’ai évalué par compétences (sauf une note finale de synthèse en mai) et pense étendre l’expérience cette année. j’ai du mal à trouver des doc sur ce thème sur le net. merci donc pour tes références.
    KGC

    • Mila Saint Anne

      Ce sera (forcément) l’objet d’un prochain billet, mais je vais essayer de te trouver des choses et de te les adresser par mail.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s